Òran na Cloiche : le chant de la Pierre

La chanson qui suit a été composée par le “barde de Paisley”, Dòmhnall Ruadh Mac an t-Saoir, en l’honneur de la Pierre. C’est une chanson très populaire chez les Gaëls et l’interprétation de Kathleen Nic Aonghais est célèbre :

Paroles de l’òran na Cloiche

A’ Chlach a bha mo sheanmhair La Pierre dont ma grand-mère
‘S mo sheanair oirre seanchas Et mon grand père parlaient
Air tilleadh mar a dh’fhalbh i – Est revenue comme elle était partie.
Mo ghalghad a’ Chlach! Ma chère Pierre !
‘S gur coma leam i ’n Cearrara, Et ça m’est égal si elle est au Cearrara,
An Calasraid no ’n Calbhaigh, Au Calasraid ou au Calbhaigh,
Cho fad’ ’s a tha i ’n Albainn Tant qu’elle se trouve dans l’Écosse
Nan garbhlaichean cas.

 

Des montagnes escarpées.

 

Sèist: Refrain
‘S i u ro bha ho ro hilli um bo ha ‘S i u ro bha ho ro hilli um bo ha
Hilli um bo ruaig thu i hilli um bo ha Hilli um bo ruaig thu i hilli um bo ha
‘S i u ro bha ho ro hilli um bo ha

 

‘S i u ro bha ho ro hilli um bo ha

 

Ga cur an àite tearmainn La mettre en un lieu sûr
A chumas i gu falachaidh Qu’il la gardera cachée
‘S nach urrainn iad – nach dearg iad – Et ils ne pourront pas – ils n’y arriveront pas –
Air sgealb dhith thoirt às! En enlever ni même un morceau !
A’ Chlach a chaidh a dhìth oirnn La Pierre dont nous avions besoin,
Air faighinn às an ìnean, Tirée de leurs griffes,
‘S gu deimhinne, ma thill i, Et certainement, comme elle est de retour,
Tha ’n nì sin gu math.

 

C’est une bonne chose.

 

Mionnan air fear deàrnaidh, Serment solennel,
Gach màthair is mac, Chaque mère et chaque fils,
Nach leig sinn ann an gàbhadh Nous n’abandonnerons pas
Am fear a thug à sàs i Celui qui l’a tirée de sa captivité
‘S a mhiontraig air a teàrnadh Et a osé la délivrer
À àite gum tlachd: d’un lieu déplaisant :
Ma chuireas iad an làmh air, S’ils lui posent la main dessus,
Chan fhuilear dhuinn bhith làidir Il nous faudra rester forts
Is buill’ thoirt air a thàillibh Et rendre les coups
Le stàilinn amach.

 

Avec de l’acier.

 

‘S bha’m Ministear cho tùrsach Et le pasteur était tellement triste
Sa mhadainn nuair a dhùisg e Ce matin -à quand il s’est réveillé
‘S praban air a shùilean Et les yeux collés
A’ tionndadh amach, Se retournant,
E coiseachd feadh an ùrlair Faisant les cent pas,
Ag ochanaich ’s ag ùrnaigh, Sanglotant et priant,
‘S a’ coimhead air a’ chùil Et considérant dans l’endroit
Anns an d’ ionndrainn e Chlach.

 

Où la Pierre manquait désormais.

 

Sin far robh an stàireachd Là où on se pressait
‘S an ruith air feadh an làir ann, Et où on s’agitait,
Gun smid aige ri ràidhtinn Sans bredouiller rien d’autre
Ach “Càit ’n deach a’ Chlach? Que « où est passée la Pierre ?
‘S a Mhoire, Mhoire Mhàthair, Et Marie, Maire sainte Mère,
Gu dè nì mise màireach – Que vais faire demain ?
Tha fios a’m gum bi bhànrainn Je sais que la reine
A’ fàgail a beachd!”

 

Sera hors d’elle ! »

 

Gun tuirt e ’s dath a’ bhàis air, Il disait avec une pâleur morbide,
“Cha chreidinn-sa gu bràth e « Je n’aurais jamais cru ça
Gun togadh fear bho làr i Qu’un homme puisse la soulever du sol
Nach b’ àirde na speech; Pas plus grand qu’une guêpe ;
Tha rudeigin an dàn dhomh, Mon sort est jeté,
‘S gun cuidicheadh an tÀgh mi: Et sans l’aide de la fortune :
Bha’ n duine thug à sàs i L’homme qu’il l’a tirée de sa captivité
Cho làidir ri each!” Était aussi fort qu’un cheval ! »

La Pierre de la chanson

a chlachLe Lia Fhàil ou plus familièrement a’ chlach (« la Pierre »), connue aussi en anglais sous le nom de Stone of Scone ou Stone of destinty, est un symbole sacré et puissant de la nation écossaise car elle a été le témoin du couronnement de ses rois pendant des siècles.

Plusieurs légendes racontent qu’elle proviendrait d’Irlande, peut-être même de Tara, et aurait été apportée en Écosse au Ve siècle par l’un des fondateurs du Dàl Riata, le roi Fergus Mòr Mac Earca (Fergus le Grand, fils de Erc).

D’autres légendes disent que le patriarche Jacob s’en servait comme oreiller alors qu’il a rêvé de l’échelle qui menait au ciel.

En réalité, les tests géologiques ont montré que la pierre actuellement considérée comme l’originale est écossaise. Il s’agirait en réalité du contrepoids d’un mécanisme quelconque, un pont-levis ou une herse par exemple.

En 1296 à Perth, Edouard Ier d’Angleterre s’en est emparé et l’a fait installer sous son propre trône, espérant ainsi assoir son autorité, sa légitimité et son prestige en Écosse. La Pierre était utilisée lors des cérémonies de couronnement des monarques anglais, puis britanniques.

Mais cette manoeuvre a visiblement échoué car 650 ans plus tard, le jour de Noël 1950, quatre étudiants écossais se sont introduit dans l’abbaye de Westminster et ont récupéré la Pierre. Trois mois plus tard, elle refaisait surface à l’abbaye d’Arbroath en Écosse, dans la région de Dundee.

Finalement, les Anglais ont dû la rendre officiellement à l’Écosse en 1996.

Advertisements

Fàg freagairt

Cuir a-steach am fiosrachadh agad gu h-ìosal no briog air ìomhaigheag gus clàradh a-steach:

WordPress.com Logo

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas WordPress.com agad. Log Out /  Atharraich )

Dealbh Google+

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas Google+ agad. Log Out /  Atharraich )

Dealbh Twitter

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas Twitter agad. Log Out /  Atharraich )

Facebook photo

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas Facebook agad. Log Out /  Atharraich )

Connecting to %s