L’anglais n’est pas un hypermarché

« Modern English is the Wal-Mart of all languages »

(Mark Abley, Spoken Here: Travels Among Threatened Languages, 2003, p56)

En me renseignant sur cette célèbre citation anglaise, je suis tombé sur le commentaire très perspicace de Richard, un locuteur du yuchi, cité dans Eco-Translation: Translation and Ecology in the Age of the Anthropocene (Michael Cronin, 2017).

Le yuchi, ou euchee, est une langue amérindienne du nord-ouest de l’Oklahoma, aujourd’hui considérée comme morte. Comme beaucoup de locuteurs traditionnels du gâlic, les locuteurs du yuchi pensaient qu’il était inutile de parler leur propre langue puisque tout le monde parlait anglais.

Mark Abley présentait en effet l’anglais moderne comme le Wal-Mart des langues : « commode, gigantesque, difficile à éviter, superficiellement amical et dévorant tous ses rivals dans sa soif d’expansion. »

Dans les propos recueillis, Richard expliquait que l’anglais est pire que cela:

« Au Wal-Mart, vous pouvez encore trouver des trucs que vous aviez l’habitude d’acheter dans les petits commerces. Avec les langues, ça ne fonctionne pas comme ça. Elles sont uniques. L’anglais ne vend pas d’autres marchandises : il les élimine. »

Capture d_écran 2017-08-25 à 09.24.23

Advertisements

One thought on “L’anglais n’est pas un hypermarché

Fàg freagairt

Cuir a-steach am fiosrachadh agad gu h-ìosal no briog air ìomhaigheag gus clàradh a-steach:

WordPress.com Logo

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas WordPress.com agad. Log Out / Atharraich )

Dealbh Twitter

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas Twitter agad. Log Out / Atharraich )

Facebook photo

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas Facebook agad. Log Out / Atharraich )

Dealbh Google+

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas Google+ agad. Log Out / Atharraich )

Connecting to %s