Nos ancêtres les étrangers

On est toujours le gaulois de quelqu’un.

Certains défendent l’idée que la Gaule celtique était la terre d’origine des Celtes, car pour les Grecs, les Κελτοί étaient les habitants de la région de Marseille.

Ironie linguistique : les Gaulois étaient les seuls étrangers que connaissaient les premiers Gaels. De là vient le mot Gall (), qui signifie « étranger » en gâlic.

Donc, pour les Gaels, les Gaulois étaient peut-être des Celtes, mais ils n’en restaient pas moins des étrangers.

Par la suite, le mot Gall a acquis des sens dérivés. Cum ort a leughadh

Le gaélique et l’identité écossaise

De l’extérieur, on pourrait croire que le gaélique écossais est l’un des symboles de l’Écosse. Vu de l’étranger, il est en effet difficile de ne pas l’associer aux kilts, au haggis ou à la cornemuse.

Pourtant rien n’est plus faux. « Kilt » est un mot scandinave. « Haggis » est un mot français. Quant à la cornemuse, les Égyptiens n’ont pas attendu les Gaels pour en jouer.

En Écosse, il n’est donc pas surprenant, même si cela peut sembler injuste, que de nombreux Écossais contestent la légitimité du gâlic en tant que « langue de l’Écosse ».

Cette contestation s’est faite plus virulente dernièrement, à cause des questions identitaires que le Brexit et les velléités indépendantistes écossaises soulèvent. Cum ort a leughadh