Abu chuibhl’

Abu chuibhl’ est un òran-luaidh () originaire de Leòdhas, dans les Hébrides extérieures.

Capercaillie en donne une version sur leur album At the heart of it all (2013). D’après eux, il s’agit d’une “spinning song”, un chant de travail qui rythme le filage de la laine effectué un moyen d’une cuibhle (, rouet, en anglais spinning wheel, d’où le nom anglais).

Sujet et structure

rouetLa narratrice évoque, non sans humour, le fait que la vie dans les Hébrides est moins raffinée que dans les grandes villes, mais elle n’en est pas moins heureuse et reste fière de sa Gaélie natale.

Les òrain-luaidh sont généralement composés de quatrains dont la structure peut varier. Ceux de Abu Chuibhl’ se composent de deux vers identiques, le premier et le troisième, et de deux vers uniques. Le second est généralement une variation du premier tandis que le quatrième se conclut toujours par un toponyme local.

Voici leur liste:

Toponyme gâlic Toponyme anglais
an Taobh Siar Le Côté ouest, the West Side : en gâlic, les Hébrides extérieures s’appellent aussi « Na h-Eileanan Siar », c’est-à-dire les Îles occidentales, ou les Western Isles en anglais.
An t-Achadh Mòr Achmore, le seul village de Lewis qui ne soit pas situé à proximité de la mer, situé à une quinzaine de kilomètres au sud-ouest de Stornoway.
Ùig Uig, un village situé sur la côte ouest de Lewis, sur la péninsule de Bhaltos.
Àird Thunga Tong, un village situé à proximité de Stornoway, au nord-ouest.
Crò Mòr Cromore, un village situé sur l’embouchure de Loch Erisort, au sud de Stornoway.
Beinn a Saod ???  Je n’ai rien trouvé, j’attends vos suggestions 🙂
Ceann a’ Bhàigh Il y a beaucoup de « tête de la baie » dans les Hébrides, mais il s’agit sans doute du Bayhead de Stornoway, l’endroit où la rivière du même nom se jette dans la baie.
Sanndabhaig Sandwick, un faubourg de Stornoway
Cul-ri-gréin Coulregrein, un autre faubourg de Stornoway
Pabail (an rubha) Bayble, un village de la presqu’île de Point, près de Stornoway
An Àird (an rubha) Aird, un autre village de la presqu’île de Point, près de Stornoway

Que signifie “abu chuibhl'”?

Chuibhl’ est la forme infléchie de cuibhle (nom féminin). On peut donc sans trop se mouiller avancer que l’inflexion est provoquée par la présence de “abu”. Ce mot ne figure pas au dictionnaire, mais il est peu probable qu’il s’agisse d’une interjection puisqu’il provoque une inflexion.

Il s’agit donc probablement de la contraction de a et de bu, forme relative du passé ou du conditionnel de la copule is. En effet, bu infléchit toutes les consonnes qui le suivent, à l’exception des dentales t et d (car bu se terminait à l’origine par une dentale: “bud” or “budh”), ce qui expliquerait l’inflexion (lénition) de cuibhle.

Mot-à-mot, “a bu chuibhl’ i”  pourrait donc se traduire par “que était/serait rouet la”.

Dans cette construction, chuibhle est à la fois le sujet et l’action, et la copule sert à relier ce sujet agissant à son attribut, ici le pronom i (elle).

Or en français, il n’existe ni de verbe modal pour traduire le conditionnel bu, ni de verbe d’action correspondant au substantif “rouet” (la prochaine fois qu’on vous dira que “le français est l’instrument de précision par excellence“, vous saurez quoi répondre).

Du coup, on est obligé d’introduire un verbe qui traduise soit l’action rythmée, c’est-à-dire le fait de “tourner” le rouet, soit l’objet de l’action effectuée, c’est-à-dire le fait de “filer” la laine.

Le résultat d’une traduction dite “fidèle” donnerait donc quelque chose comme “qu’on la tournait”, “qu’on la filait” au passé, ou “qu’on la tournerait”, “qu’on la filerait”au conditionnel.

Eilean Fraoich

Eilean Fraoich est une anthologie des chants traditionnels de Leòdhas, publiée pour la première fois en 1938, et rééditée à maintes reprises depuis.

Parmi les personnes qui ont participé à la collecte des textes des chants se trouvait Margaret MacIver, une habitante de Na Lochan, un village de l’île. Depuis le XVe siècle, sa famille vivait sur les rives du Loch Erisort. Son père parlait gâlic mais sa mère était de la Galldachd (, les Lowlands).

La plateforme en ligne Tobar an Dualchais (« Source de tradition »), qui répertorie des enregistrements oraux effectués depuis les années 1930, contient l’enregistrement d’un entretien entre elle et le journaliste Iain Peatarsan.

Surtout, Tobar an Dualchais contient un enregistrement de Margaret MacIver, où elle chante le refrain et deux couplets de Abu chuibhl’. C’est cette source qui m’a permis de découvrir le recueil Eilean Fraoich.

L’édition que je me suis procurée est celle de 1982, publiée par le Comunn Gaidhealach Leòdhais et par l’éditeur Acair books.

Elle contient 9 couplets, mais la version chantée par Capercaillie sur At the heart of it all ne comporte que les trois premiers et les trois derniers.

Paroles de Abu chuibhl’

(D’après Eilean Fraoich, 1982, p55).

Gâlic Français
Refrain
Abu Chuibhl’, abu chuibhl’ Tourne-la, tourne-la
Abu, abu chuibhl’ i. Tourne, tourne, tourne-la
Couplets
Rud nach fhaca duin’ air thalamh, Un truc qu’on a pas vu sur terre,
Rud nach fhaca duin’ a riamh, Un truc qu’on a jamais vu,
Rud nach fhaca duin’ air thalamh, Un truc qu’on a pas vu sur terre,
Samhuil osain an Taoibh Siair. L’allure d’une jarretière dans les Hébrides.
O chan fhaca duin’ air thalamh, Oh, on n’a pas vu à terre,
O chan fhaca duine beò, Oh, personne n’a jamais vu,
O chan fhaca duin’ air thalamh Oh, on n’a pas vu à terre
Maraichean an Achadh Mhòir. Les marins d’Achadh Mòr.
 3
Ach cuin a thig mo rùnsa dhachaidh ? Mais quand rentrera mon chéri?
Cuin a gheallas e dhomh gùn ? Quand me promettra-t-il une robe?
Cuin a thig mo rùnsa dhachaidh? Quand rentrera mon chéri,
Balach spaideil a bha ‘n Ùig ? Un garçon élégant qui était à Uig?
 4
O nach mairg a tha gun leannan, Oh, n’est-ce pas triste d’être sans amoureux?
O nach mise tha gun sunnd, Oh ne suis-je pas sans joie?
O nach mairg a tha gun leannan, Oh, n’est-ce pas triste d’être sans amoureux?
‘S gillean snasail an Àird Thung’ Et les galants d’Àird Thunga
 5
‘N cuala sibh an sgeula thaitneach,  Ont-ils entendu une belle histoire?
‘N cuala sibh i rì ho rò,  L’ont-ils entendu la la la,
‘N cuala sibh an sgeula thaitneac  Ont-ils entendu une belle histoire?
Each is cairt aig an Crò Mòr ?  Un cheval et une calèche à Crò Mòr.
 6
O cha ghabh mi fhìn am fear ud,  Oh, moi, je ne prendrai pas celui-là,
O cha ghabh mi fhìn a chaoidh,  Oh, moi, je ne me plaindrai pas,
O cha ghabh mi fhìn am fear ud,  Oh, moi, je ne prendrai pas celui-là,
Iasgair long’ a’ Beinn a Saoid.  Un pêcheur en route pour Beinn a Saoid.
 7
O cha téid mi fhìn a Glaschu Moi, je n’irai pas à Glasgow
O chan fhalbh mi fhìn gu bràth, Moi, je ne partirai jamais,
O cha téid mi fhìn a Glaschu Moi, je n’irai pas à Glasgow
Leam bu ghasta Ceann a’ Bhàigh. J’aimerais Ceann a’ Bhàigh
 8
Siud far ‘eil na balaich mhaiseach,  Loin ailleurs les beaux garçons,
Siud far ‘eil na gaisgich threun,  Loin ailleurs les héros courageux,
Siud far ‘eil na balaich mhaiseach,  Loin ailleurs les beaux garçons,
A’ Sanndabhaig ’s an Cul-ri-gréin.  À Sanndabhaig et au Cul-ri-gréin.
 9
Ach cha ghabh mi fhìn na fearaich,  Mais moi je ne prendrai pas d’homme,
O cha ghabh mi duine chàch;  Oh je ne prendrai personne d’autre;
Is mo leannan fhìn aig baile,  Mon amour à moi est chez nous,
Fear à Pabail ’s às An Àird.  Celui de Pabail et de L’Àird.

 

Advertisements

Fàg freagairt

Cuir a-steach am fiosrachadh agad gu h-ìosal no briog air ìomhaigheag gus clàradh a-steach:

WordPress.com Logo

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas WordPress.com agad. Log Out / Atharraich )

Dealbh Twitter

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas Twitter agad. Log Out / Atharraich )

Facebook photo

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas Facebook agad. Log Out / Atharraich )

Dealbh Google+

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas Google+ agad. Log Out / Atharraich )

Connecting to %s