Comment passer pour un clown en gaélique (6)

Je suis rentré de Lewis, dans les Hébrides, où j’ai participé à une compétition du festival national  2016 du gaélique (le Mòd Nàiseanta Rìoghail). Voilà mes impressions.

J’ai survécu.

Je n’étais pas censé avoir la pression étant donné que nous n’étions que deux à concourir.

C’est terrible à dire, mais cette compétition, qui était pourtant ouverte à tous les adultes qui apprennent le gâlic, n’a attiré pratiquement personne.

Il est vrai que le programme n’était disponible que quelques semaines avant le lancement du festival. On ne pouvait donc pas savoir quelle serait la récompense (une coupe, rien que ça!), ni s’il y aurait beaucoup de participants.

Moi-même, je m’attendais à concourir face à une vingtaine de personnes, au minimum. Je connais beaucoup de parents dont les enfants vont à l’école gâlique, et comme moi, nombreux sont ceux qui sont motivés et qui essaient de participer le plus possible à des manifestations gâliques, pour pratiquer ce qu’ils ont appris.

Je pensais donc que, comme moi, nombreux seraient ceux qui verraient dans cette compétition, l’occasion de pratiquer leur prononciation, de l’améliorer et de profiter des commentaires de locuteurs natifs.

Que nenni:

 

Compétition.jpg

Ce blog restera anonyme, désolé! 🙂

 

Pourtant, je suis sûr qu’ils étaient nombreux à hésiter. Pas moins de 10 personnes sont venus me souhaiter bonne chance, alors que je n’en avais touché mot à personne, ce qui prouve qu’ils avaient tous consulté le programme à la page concernée, programme qui ne répertoriait pas moins de 180 compétitions étalées sur 6 jours : (258 pages tout de même, difficile de tomber dessus au hasard).

Comment m’en suis-je tiré?

Moins bien que prévu, même si finalement je suis assez content de moi.

Le matin même, un vieux Gaél (je dis vieux parce qu’il avait 82 ans, c’est lui-même qui me l’a dit) est venu me taper la discute (en gâlic, youpi!), me racontant qu’étant jeune, il avait gagné une médaille d’argent et que c’était vachement bien que les étrangers apprennent sa langue et participent au Mòd (prends ça dans ta face, Amber Rudd!) et en partant, il m’a souhaité “Gun soirbhich leat!” (, bonne chance!).

Mais j’avoue qu’au moment de passer au tableau, j’avais un noeud à l’estomac, mon coeur s’est serré et j’avais la muqueuse buccale aride. Oui parce qu’il faut le préciser: la compétition se déroulait dans une salle de classe de la Sgoil MhicNeacail, un collège de Steòrnobhagh.

L’effet a d’ailleurs été instantané: dès que je me suis levé, j’ai eu ce bon gros vieux flashback : la maîtresse qui vous scrute depuis son bureau, les restes du cours de maths sur le tableau noir, l’estrade usée qui vous place bien en vue de tous vos camarades, dont les plus vils se marrent déjà. Et les copains qui essaient de souffler…

Toutefois, le tableau n’était pas noir, la maîtresse était gentille et il n’y avait pas d’estrade. Les regards étaient tous bienveillants, même celui de l’autre concurrente, une dame charmante, qui me regardait en souriant.

Ma moitié attendait avec bienveillance elle aussi, peut-être un peu pressée d’en finir pour qu’on puisse profiter du beau temps, trop rare en ces contrées septentrionales.

Mon fils était là en parfait touriste. Il avait déjà gagné sa médaille en début de semaine et connaissait l’une des juges. Il avait donc discuté tranquilou avec elle avant que la séance ne commence.

Il n’y avait que ma fillette qui se demandait ce qu’on fichait tous là, surtout son père qui était planté au milieu de la pièce avec son air interdit.

Alors je me suis lancé.

J’ai presque apprécié le son de ma voix au début et comme prévu, j’ai essayé de me délecter des syllabes gâliques. Ça roulait bien jusqu’à la troisième strophe et puis patatras.

À trop s’écouter, on oublie de se concentrer. On se demande ce qu’en pense l’auditoire. On voit leurs regards emplis d’espérance. Ils savent que c’est difficile et veulent que vous réussissiez. On prend conscience de tout ça et on perd le fil de ce qu’on est en train de faire. C’est comme ça qu’on se fourvoie.

Ce n’est pas grave. On se reprend. On termine en s’appliquant. On se dit que ce n’était pas si mal. Mais en fin de compte, on s’est tout de même gouré.

Un petit souvenir…

L’avantage quand on est que deux à concourir, c’est que même si on finit dernier, on monte quand même sur le podium (façon de parler, puisque comme je l’ai dit, d’estrade il n’y en avait point).

On m’a donc décerné une jolie médaille d’argent:

medaille-dargent-mod

Et j’ai eu droit au traditionnel “feedback”

mod-note

…et une vraie récompense

Mais la vraie récompense, c’est de pouvoir réciter de la poésie gâlique.

Certes, nul besoin de participer au Mòd pour apprendre un poème. Mais j’avoue que si je n’avais pas eu cette échéance, j’aurais sans doute remis ce projet au lendemain. La procrastination aurait eu raison de moi.

Maintenant, je possède quelque chose qui vaut plus que tous les kilts de la Terre, parce que ça ne s’achète pas. Personne ne pourra jamais m’enlever ce poème de la tête, à part peut-être un méchant Alzheimer ou un accident de la route.

Et même si même si Amber Rudd nous empêche de parler d’autres langues, même si Theresa May décide de nous renvoyer “chez nous”, même si je dois finalement quitter l’Alba et tout laisser derrière moi, j’emporterai ces vers gâliques.

Ils m’accompagneront où que j’aille et je pourrais les réciter à qui voudra. Que je finisse à la rue ou dans un hospice, ils seront toujours avec moi et peupleront ma solitude.

C’est ça la puissance de la langue.

 

Advertisements

3 thoughts on “Comment passer pour un clown en gaélique (6)

  1. Bravo, même pour une seconde 🙂 et dernière place ;-(

    Le problème soulevé dans le nombre de participant-e-s est partout pareil : beaucoup d’attente (et de mon pour faire les photos d’un moment « cool »), peu au boulot.

    Concernant les parents des enfants… il y a des billets sur ce blog :
    http://taban.canalblog.com
    où l’auteur s’interroge souvent sur les motivations de ces parents qui donnent accès à une culture sans réellement y participer.

    Après, le coté « je suis interrogé par la maitresse », étrangement, c’est un facteur de trac pour moi, mais également d’affirmation, car cette « peur de ne pas savoir » fait que je bosse d’avantage, et du coup, j’ai la réponse.

    JP

    Liked by 1 duine

  2. Oui c’est dommage. Je crois que beaucoup de parents ne voient dans le gaélique que l’aspect “bilingue” : ils se fichent de savoir de quelle langue il s’agit, pourvu que leur enfant profite des avantages du bilinguisme en matière d’enseignement et de santé (facilite l’apprentissage de maths, retarde Alzheimer, favorise l’apprentissage d’autres langues, etc.) En même temps, j’espère avoir montré l’exemple – certains m’ont dit que l’idée les avait tentés, mais qu’ils avaient peur de se lancer seuls. Du coup, ils feront peut-être l’effort l’année prochaine? Je croise les doigts 🙂

    'S toil

  3. ‘S math a rinn thu agus ‘S math a rinn do mhac ! Bravo pour ton courage ! Quelle fierté ce doit être. Tha mi an dòchas gum bi barrachd dhaoine ann an ath-thuras.
    J’aurais beaucoup aimé pouvoir être à Stornoway pour le Mòd. J’y étais cet été et je dois dire que j’ai moi-même été surprise par l’absence de participants à une séance de conversation informelle organisée par le Lews Castle Museum. Je me suis tout bonnement retrouvée seule avec l’animateur ! Bon, ce n’était que la première session. Ils veulent en faire quelque chose d’hebdomadaire à long terme. J’ai malheureusement dû avouer que je n’étais que de passage. J’espère que d’autres sauront saisir cette opportunité.

    Liked by 1 duine

Fàg freagairt

Cuir a-steach am fiosrachadh agad gu h-ìosal no briog air ìomhaigheag gus clàradh a-steach:

WordPress.com Logo

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas WordPress.com agad. Log Out / Atharraich )

Dealbh Twitter

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas Twitter agad. Log Out / Atharraich )

Facebook photo

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas Facebook agad. Log Out / Atharraich )

Dealbh Google+

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas Google+ agad. Log Out / Atharraich )

Connecting to %s