Kiltoch, joli petit village anglais…

Nombreux sont les tintinophiles qui s’amusent à rechercher les similarités entre les lieux fictifs visités par le célèbre reporter et les lieux réels dont ils sont censés s’inspirer.

Il serait idiot de juger l’œuvre d’Hergé sous l’angle du réalisme ou de l’objectivité. Les Aventures de Tintin ne sont pas un ouvrage de géographie, encore moins d’histoire.

Néanmoins, elles ont véhiculé et continueront de véhiculer des stéréotypes largement erronés.

Le village de Kiltoch, dans L’Île noire, en est un exemple typique.

Certains tintinophiles s’échinent à déterminer si le village de Kiltoch s’inspire clairement de Port Rìgh () ou non.

Pourtant il suffit d’observer le décor pour se rendre compte que Kiltoch n’est pas un village écossais, mais un village anglais:

1-36a35eb-2

L’Île noire, version de 1938 ©Hergé/Moulinsart 2012

L’architecture de Kiltoch, dans la version originale, est clairement “anglaise”, ou flamande, ou normande, selon le point de vue, mais certainement pas écossaise.

En effet, les maisons de Kiltoch sont des constructions à pans de bois, ou en colombages. La structure de cette architecture se compose de deux éléments caractéristiques :  une charpente en bois et un hourdage fait de briques ou de matériaux légers comme le torchis ou le plâtre, parfois à nu, ou comme dans le cas des maisons de Kiltoch, enduits et peints à la chaux.

Cette technique de construction, très commune en Flandre, en Normandie, en Picardie, et dans le sud de l’Angleterre, est pratiquement absente en Écosse – d’ailleurs si quelqu’un m’envoie une photo de bâtiment à colombage prise en Écosse, je lui paie une pinte de Deuchars.

Autre élément révélateur, la toponymie. Le nom du pub, le Ye Dolphin, est typiquement anglais.

En vieil anglais – langue qui n’a d’ailleurs pas grand-chose à voir avec le scots, l’autre langue écossaise – “ye” peut signifier plusieurs choses, mais dans le cas de “ye dolphin”, il signifie simplement “the”, c’est-à-dire Le Dauphin. Le Cambridge Dictionary online nous dit d’ailleurs que:

ye is a word meaning "the", 
used especially in the names of pubs 
to make them seem old: 
a pub in the village called Ye Olde Barn.

Le nom du village, quant à lui, est aussi un malheureux fake. Hergé l’a sans doute choisi à cause de sa consonance: la racine kil-, très commune dans les toponymes irlandais, est l’anglicisation du gâlic cill () qui signifie “église”. Et l’orthographe du suffixe -toch évoque inévitablement celle de loch ( “lac”), qui est probablement le mot gaélique le plus connu des lecteurs francophones, à cause du Loch Ness.

Ces erreurs ne seraient pas passées inaperçues.

Si le lecteur de 1931 n’y voyait que du feu, le lecteur d’aujourd’hui ne s’y tromperait pas, ce qui explique pourquoi Hergé a entièrement redessiné les décors de l’édition de 1965, les éditeurs britanniques jugeant la représentation de l’Écosse trop anglaise:

3-36a35fd

L’Île noire, version actuelle ©Hergé/Moulinsart 2012

Dans ce village écossais, pas de colombages, pas de torchis, pas de pans de bois… Mais une architecture “authentique” (si tant est que ce terme ait un sens).

Mais la toponymie, elle, ne tromperait pas le lecteur gâlic. Du coup, dans la version gâlique, elle n’a pas été traduite, mais réinventée:

Kiltoch

An t-Eilean dubh ©Casterman 1956/Taigh na Teud 2013

Et ouais! Kiltoch est devenu Feilebeag.

Ce nom a d’ailleurs le bon goût d’évoquer l’hospitalibité : feile est le génitif de fial (, “générosité”) et le suffixe beag (), qui signifie “petit”, est typique de la toponymie écossaise : on le trouve par exemple dans Druim beag (Drumbeg). Mais Feilebeag évoque aussi le mot fèileadh-beag  (), qui signifie “petit kilt”.

C’est d’ailleurs aussi le nom du pub, Am Feilebeag signifiant “le Feilebeag” ou, en admettant une variation orthographique (ce qui est commun en gâlic), “Le Petit Kilt”.

Autre détails notables, les panneaux indiquant que le pub (taigh seinnse, ) fait aussi office d’auberge (taigh-òsta, ), double fonction classique pour les public houses de ces villages reculés.

Conclusion: soit Hergé s’était complètement fourvoyé en construisant son décor original, soit il ne s’était simplement pas donné la peine d’étudier les différences entre l’Angleterre et l’Écosse, ce qui est probablement (et malheureusement souvent) le cas de beaucoup d’autres Européens.

Mais cela n’enlève rien au charme des Aventures de Tintin!

Advertisements

2 thoughts on “Kiltoch, joli petit village anglais…

  1. Thanks Wilson!
    Technically this one does not qualify as rural Scottish architecture but that’s fair and square given what I wrote. I owe you a pint of Deuchars now! 😉

    'S toil

Fàg freagairt

Cuir a-steach am fiosrachadh agad gu h-ìosal no briog air ìomhaigheag gus clàradh a-steach:

WordPress.com Logo

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas WordPress.com agad. Log Out / Atharraich )

Dealbh Twitter

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas Twitter agad. Log Out / Atharraich )

Facebook photo

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas Facebook agad. Log Out / Atharraich )

Dealbh Google+

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas Google+ agad. Log Out / Atharraich )

Connecting to %s