Fabriquer des cartes à jouer

Les jeux de cartes dits “de société” sont un outil d’apprentissage linguistique et social efficace. On recommande souvent aux parents d’y jouer avec leurs enfants.

Problème : les enfants des écoles où l’enseignement est dispensé dans une autre langue (calandreta, diwan, iskatolas, etc.) n’ont accès à ces jeux qu’en français. De même, les enfants des écoles gâliques écossaises (Foghlam tro Mheadhan na Gàidhlig) doivent se contenter de jouer en anglais, et donc d’apprendre ce que la culture anglophone véhicule.

Pourtant, on peut se donner les moyens de jouer dans d’autres langues. 

Étant donné les quantités de carton que nous jetons chaque semaine, voici la solution que mon fils (mac ) et moi avons trouvée.

[note: le gâlic possède lui aussi de nombreux mots pour parler des enfants. Les plus couramment utilisés sont “cloinne”, pluriel de “clann” , qui a donné le mot “clan” en français, et “pàistean” (sing. “pàiste” ). La particule “Mac”, qu’on trouve dans les noms de clan écossais comme MacGregor, signifie “fils de”. L’orthographe sans le “a”, comme dans le cas de McDonald, est irlandaise, même si la tradition irlandaise préfère la particule “Ó”, comme dans O’Connell, qui signifie “descendant de”. Dernière remarque : il convient d’employer une majuscule pour séparer la particule du nom propre. On devrait écrire Charles Rennie “MacKintosh” et non “Mackintosh”.]

Étape 1 : rassemblez le matériel

Il vous faut:

  • du carton souple (recyclez vos boîtes de céréales)
  • un crayon de bois, pour tracer les découpes
  • des ciseaux : évitez les cutters ou les ciseaux dangereux si votre clan participe aux travaux
  • une longue règle graduée
  • des feutres de couleur pour écrire
  • éventuellement, de quoi décorer les cartes : des feutres, de la peinture… etc.

1

Étape 2 : calibrage des cartes

Les dimensions des jeux traditionnels sont un peu grandes pour les griffes d’un pàiste de CP ou de CE1, d’autant plus qu’il manque encore de dextérité.

Selon son âge, faites plusieurs essais. C’est l’un des intérêts de recycler du carton, on peut faire dans le sur-mesure. Nos cartes mesurent 4,5 x 7 cm : ça permet de réviser la table des 7 pendant le traçage.

Il peut aussi être intéressant de choisir une dimension en fonction de la taille de votre carton :  si la hauteur de la feuille de carton fait 27 cm, il vaut mieux que l’une des deux dimensions de votre carte soit un diviseur de 27 cm, entier ou non : 9 , 3 ou 4,5 cm par exemple.

2.jpg

Étape 3 : traçage

Le traçage est une tâche un peu fastidieuse. Cela dit, mon mac est de nature curieuse (quand il n’est pas fatigué ou surexcité), il est donc utile de lui décrire ce que je fais.

C’est aussi un bon moyen d’aborder beaucoup des concepts compliqués sans qu’il s’en rende compte : l’addition, les nombres pairs et impairs, la multiplication, les droites, le parallélisme (la “paralléléité” ?) et l’orthogonalité, etc.

3.jpg

Étape 4 : découpage

Contrairement au traçage, le découpage est une tâche aisée à laquelle mon mac aime participer. Le découpage exerce sa concentration et sa dextérité.

Cette tâche développe aussi son sens des responsabilités.

Attention à choisir des ciseaux qui leur conviennent : ni trop grands ni trop lourds, mais pas trop petits non plus : si les ciseaux en plastique de la maternelle vous frustrent, il frustreront sans doute aussi votre clan.

5.jpg

Étape 5 : décorez les cartes (optionnel)

Pour les pàistean les plus patients et les plus consciencieux, la décoration des cartes est une étape importante. Comme le découpage, elle exerce leur concentration et leur dextérité, mais c’est aussi un moyen d’expression créatif.

Même si la peinture blanche n’est pas l’option la plus créative…

6.jpg

Étape 6 : remplissez les cartes…

…avec des mots, des phrases, des nombres, tout ce qui vous vient à l’esprit : votre consommation hebdomadaire de céréales constitue la seule limite au nombre de cartes qui seront disponibles.

Je préfère que ce soit mon mac qui remplisse les cartes : non seulement, il exerce son écriture, mais il prend conscience que ce qu’il écrit doit être lisible.

Toutefois, je participe, afin de l’encourager et de lui montrer l’exemple.

7.jpg

Étape 7 : jouez !

Cette fois, la seule limite est votre imagination.

Vous pouvez utiliser vos cartes comme des cartes de jeux, mais aussi comme des cartes de mémoire (flash cards) par exemple pour préparer les contrôles, apprendre des poésies, des chansons, etc.

Dans un autre billet, je vous présenterai notre jeu favori : le 8 gaélique.

8.jpg

Advertisements

Fàg freagairt

Cuir a-steach am fiosrachadh agad gu h-ìosal no briog air ìomhaigheag gus clàradh a-steach:

WordPress.com Logo

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas WordPress.com agad. Log Out / Atharraich )

Dealbh Twitter

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas Twitter agad. Log Out / Atharraich )

Facebook photo

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas Facebook agad. Log Out / Atharraich )

Dealbh Google+

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas Google+ agad. Log Out / Atharraich )

Connecting to %s