Ça s’écrit comme ça se prononce !

Ne pas connaître une langue étrangère n’a rien de honteux.

Vouloir faire partager sa curiosité et son enthousiasme aux autres, c’est même bien. C’est un bon moyen de donner plus de visibilité à des langues moins connues, moins apprises et peut-être aussi de moins en moins vivantes.

En revanche, colporter des absurdités sur d’autres langues, c’est dangereux car ça génère des préjugés qui peuvent se révéler néfastes pour le futur de ces langues. Cum ort a leughadh

Advertisements

Fabriquer des cartes à jouer

Les jeux de cartes dits “de société” sont un outil d’apprentissage linguistique et social efficace. On recommande souvent aux parents d’y jouer avec leurs enfants.

Problème : les enfants des écoles où l’enseignement est dispensé dans une autre langue (calandreta, diwan, iskatolas, etc.) n’ont accès à ces jeux qu’en français. De même, les enfants des écoles gâliques écossaises (Foghlam tro Mheadhan na Gàidhlig) doivent se contenter de jouer en anglais, et donc d’apprendre ce que la culture anglophone véhicule.

Pourtant, on peut se donner les moyens de jouer dans d’autres langues.  Cum ort a leughadh