L’île du Pénis et le coït d’Édimbourg

De l’importance des accents…

Si vous ne connaissez pas encore Sylvain Szewczyk, alias Bescherelle ta mère, allez faire un tour sur son site.

Le 11 février 2015, il avait publié un touït rigolo qui nous rappelait l’importance des accents en français :

10990020_1539478586306324_1776036932810721238_n

En fait, les accents sont importants quelle que soit la langue.

Le gâlic n’échappe ni à la règle, ni à ses transgressions.

En voici un exemple qui a défrayé les chroniques gâliques: l’année dernière, Coinneach Combe, un habitant d’Ayshire, qui se rendait aux Highland games, s’est aperçu qu’un panneau du conseil régional accueillait les gens qui débarquaient du ferry en leur souhaitant la bienvenue sur “l’île du Pénis”.

L’île en question, c’est l’île de Bute, l’une des îles qui forment l’embouchure du Clyde, le fleuve qui traverse Glasgow.

D’après le conseiller régional Len Scoullar, le panneau était là depuis une dizaine d’années environ :

o-BHOID-EILEAN-PENIS-ISLAND-facebook

“Baile Bhòid” (avec accent) veut bien dire “ville de Bute”, mais “Eileann bhoid” (sans accent) signifie “île du Pénis”.

En effet, Bute est l’anglicisation du nom gâlic “Bòd” (), c’est à dire la retranscription anglaise de ce qu’un anglophone entend quand un gâlicophone prononce ce mot.

En revanche, en gâlic, le mot “bod” ( sans accent) désigne le pénis. Il manque donc un accent sur le “o”.

Comme l’explique l’expert de gâlic de la série télévisée Outlander, Àdhamh Ó Broin, dans le journal écossais The Scotsman :

Le cas de ce mot devrait être le génitif, pas le génital.

Je pense que ceux qui ont fait de l’allemand ou du latin (ou du grec, du russe, du basque, du breton… etc.) à l’école, n’auront pas besoin qu’on leur explique ce qu’est une déclinaison.

Pour les handicapés qui n’ont fait que de l’anglais, ne faites pas les innocents.

Je suis sûr que vous avez déjà entendu parler du “génitif saxon”, cette petite apostrophe suivie d’un “s” que l’on place entre le possesseur et le possédé : “this is the dog’s bollocks” par exemple, est une locution anglaise qui se traduit littéralement par “c’est les roubignolles du chien” mais qui signifie “c’est génial!”.

Le génitif saxon est un reste de déclinaison, c’est à dire un changement morphologique (et donc orthographique) d’un groupe nominal qui en qualifie un autre.

En français, le génitif correspond au complément du nom.

Parfois, le problème frise la pédophilie.

C’est le cas de “Fèis” ().

En gâlic, le mot “fèis” (avec un accent) signifie festival. C’est aussi le nom propre d’une organisation qui propose des cours de chant et de musique pour les enfants gâlicophones.

Par contre, le mot “feis” ( sans accent), signifie “coït” ou, pour employer un registre plus humain, “relation sexuelle”.

On pourrait penser qu’une telle erreur serait trop grossière, et pourtant…

Capture d’écran 2016-03-09 à 23.34.17

Capture d’écran 2016-03-09 à 23.36.49

Capture d’écran 2016-03-09 à 23.43.16

Ronnie Black, le correspondant gâlic du Scotsman, a réagi au problème de “l’île du Pénis” de manière très journalistique (c’est-à-dire prévisible), qualifiant ce genre d’erreur de “stupide” :

Je suis frappé du nombre d’erreurs stupides qui sont commises. Avant, c’était difficile d’ajouter des accents dans la typographie. Il me fallait combiner 16 touches avant de pouvoir obtenir une lettre avec un accent particulier. De nos jours, c’est inexcusable – ce n’est rien d’autre qu’un manque de communication.

Si je pouvais, je lui répondrais qu’avant, les téléphones n’étaient pas “smart”. Les ordinateurs n’avaient pas de correcteurs automatiques. L’anglais ne dominait pas encore la planète. La mondialisation ne nous avait pas encore imposé la langue et la culture de Silicon Valley.

On pouvait orthographier son texte comme on le souhaitait, sans risquer d’être “corrigé” par un terminal “intelligent” anglophone.

On pouvait même mélanger les langues à l’intérieur d’un même texte sans être sommé de choisir.

Mais c’était avant, quand les accents n’étaient pas encore devenus décoratifs.

Advertisements

2 thoughts on “L’île du Pénis et le coït d’Édimbourg

Fàg freagairt

Cuir a-steach am fiosrachadh agad gu h-ìosal no briog air ìomhaigheag gus clàradh a-steach:

WordPress.com Logo

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas WordPress.com agad. Log Out / Atharraich )

Dealbh Twitter

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas Twitter agad. Log Out / Atharraich )

Facebook photo

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas Facebook agad. Log Out / Atharraich )

Dealbh Google+

Tha thu a' toirt seachad beachdan leis a' chunntas Google+ agad. Log Out / Atharraich )

Connecting to %s