L’île du Pénis et le coït d’Édimbourg

De l’importance des accents…

Si vous ne connaissez pas encore Sylvain Szewczyk, alias Bescherelle ta mère, allez faire un tour sur son site.

Le 11 février 2015, il avait publié un touït rigolo qui nous rappelait l’importance des accents en français : Cum ort a leughadh

Advertisements

Outlander : le chardon, le tartan et le gaélique

La série télévisée Outlander n’a pas encore débarqué en France, mais vu l’engouement des Français pour le mysticisme celtique, l’Outlander-mania  ne devrait plus tarder.

De ce côté-ci de la Manche, on voit d’ailleurs fleurir des lexiques et des tests de gaélitude.

Puisque nous voilà revenus au temps de la Vieille Alliance, j’ai traduit les douze dictons gaéliques qu’Àdhamh Ó Broin présentait sur Scotland Now. Cum ort a leughadh

Mystification celtique

Ah Hollywood!

Seuls les effets spéciaux d’Hollywood peuvent rendre Tolkien aussi authentique : les cavaliers du Rohan qui chargent au son du violon irlandais, les chevaliers du Gondor qui pourfendent des Orques à grands coups de claymores (du gâlic “claidheamh-mòr”, c-à-d. “grande épée”), et les Elfes, bien sûr, avec leurs oreilles pointues et leur langue à consonance… euh… gâlic ? Cum ort a leughadh

L’écossais, l’highlandeur ou le gâlic ?

Le gaélique écossais (gàidhlig en v.o., prononcé gâ-lic) ne possède pas de nom simple.

C’est un descendant de la langue des Gaels, comme l’irlandais (gaeilge) ou le mannois (gaelg), mais contrairement à ces deux autres langues, dont le nom est associé à un territoire, il doit partager le statut de  « langue écossaise » avec le scots, langue germanique proche de l’anglais. Cum ort a leughadh